Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

16/08/2010

RDC: Un ancien ministre agresse un défenseur des droits de l'homme!

Enfin ratrappé par un passé obscur !

Mushi Bonane devant la barre pour avoir agressé un professeur

 

Le député honoiraire de la province du Sud Kivu, Mushi Bonane, président d’un parti politique a été interpellé par la justice pour avoir agressé le professeur Moïse Cifende le samedi  07 août 2010 dans la journée, alors que ce dernier répondait à une invitation de la Division provinciale des Transports et voies de communication du Sud Kivu (Transcom), M. Mushi Bonane en a profité pour poignarder sur la partie frontale droite de la tête, au dessus de l’œil droit le professeur Cifende.

Cette situation a provoquée une profonde inquiétude de la population sud kivutienne qui a vu dans cet acte les points cachés et révelés des différents assassinats dont on soupçonnerait Mushi Bonane d’en être l’un des commanditaires. On se rappelklerait qu’au Sud Kivu, et surtout dans la ville de Bukavu, où plusieurs méfaits ont été les plus dénombrés dans ces derniers temps.

Selon les associations des droits de l’homme, membres du Radhoskii (Réseau des Associations des Droits de l’Homme du Sud Kivu) ‘’ expriment leur profonde sur  cette tentative de meurtre du Défenseur des Droits Humains, le professeur Moïse Cifende  et condamnent cette énième atteinte à l’intégrité physique des Défenseurs des Droits Humains au Sud Kivu, en RDCongo’’

Le Professeur Moïse Cifende est Directeur de l’ONG APRODEPED (Action pour la Promotion des Droits des personnes Défavorisées), Professeur de Droit dans différentes facultés des Droits dans les universités de la Région et un grand fervent Défenseur des droits humains au Sud Kivu.

Quant à Monsieur Mushi Bonane, il fut ministre congolais de la Recherche Scientifique, ancien député national, avocat et serait proche du pouvoir.

Selon les mêmes sources, Mushi Bonane après son forfait, tel un fugitif se serait retranché dans une maison situé au Quartier Muhungu près du petit marché dit chez « Bilala » en commune d’Ibanda où il a organisé une bande des gens et continue d’appeler au numéro de téléphone +243 (0)991298233 les différentes autorités étatiques, obstruant ainsi l’exécution par la oice du mandat d’amener décerné par le Procureur Général de Bukavu.

Tandis que les étudiants de différentes Institutions de l’Enseignement Supérieur et universitaire ont de leur part fait une marche pacifique dans la ville de Bukavu, où ils sont allés remettre leur mémorandum au tout nouveau nmaire de la ville de Bukavu, que l’on a surpris en plein remise et reprise avec la maire sortante, à l’Assemblée Provinciale et au Gouvernorat de la Province du Sud Kivu.

Les étudiants de leur part ont crié leur ras de bol les diférents assassinats que connaît leur communauté. Ceux-ci ont tenu à rappeler à ces différentes autorités les cas de tueries et d’insécurité dont sont voctimes ses membres, étudiants mais aussi enseignants. Tout en citant un bon nombre, notamment Me Kateta Kalombo Georges, assassiné à son domicile le 10 avril 2008 par des personnes en armes non autrement identifiées. Leur camarade Koko Cirimbiza Bruno, étudiant en G2 Economie de l’Université Ouverte de Bukavu, poignardé à mort dans la nuit du 21 au 22 août 2009 sur avenue Kabono non loin d’un siège des policiers de la Prison PIR ; de leur camarade Bahati Bahizire Bertin de L2 Informatique et Gestion de l’ISP qui est assassiné en décembre 2009 sur la route dite « Tubimbi » vers le Marché Kadutu. Dans la nuit du 27 au 28 juin 2010, au moment où les étudiants se préparaient aux activités de célébration de la fête du Cinquantenaire, les ennemis de paix ont plongé la communauté estudiantine en deuil en exécutant M. Faraja Mirindi, étudiant en L2RI de l’UOB, verds 21 heures sur l’avenue Patrice Emery Lulmumba, alors que ce dernier revenait de suivre un match après une longue journée de correction de ses travaux de mémoire.

Dans la nuit du samedi 31 juillet au dimanche 1er août 2010 Bahogwere Ndeko Juvénal est visité à son domicile sur avenue route d’Uvira par des hommes armés en uniforme et se fait victime d’un forfait qui lui vaut la mort laissant un orphélin de 2 ans.

Le cas le plus flagrant est celui de la menace du Professeur Moïse Cifende Kachiko alors vice doyen de la faculté de droit à l’UOB. Après de longues intimidations à la suite d’un conflit foncier avec Monsieur Sylvanus Mushi Baonane, cer dernier à poignarger ce formateur des jeunes à l’aide d’un couteau azvant d’ordonner à sa garde d’éliminer le précité qui n’a eu la vie sauve que grâce au Tout Puissant.

Les étudiants constatent que  « comme les autorités ne s’investissent pas dans la protection de cette catégorie de la population ; désormais, les étudiants vont mettre tout en marche pour assurer leur propre sécurité ». C’est déjà une milice d’autodéfense qui s’était débouche aux groupements miniscules des armettes reconnues à l’est de la RDC.

En dernière minute on nous apprend que Mushi Bonane qui est déjà devant ses juges clamerait son immunité parlementaire, tandis que l'on sait que la justice congolaise n'a que faire de ses immunités, car l'on se souviendra que même le député en pleine fonction a été mis en prison, alors que lui Mushi Bonane fut de la transition.

Reportage de notre envoyé

10:41 Publié dans Rédaction | Lien permanent | Commentaires (0)

16/07/2010

Monusco: aide aux médias

Aide immédiate aux Médias par la Monusco

 

Dans le cadre d’un Projet à Impact Rapide (QIP), la Mission nde l’Organisation des NationsUnies poiur la Stabilisation en Répubique Démocratique du Congo, MONUSCO en sigle a procédé le lundi 12 juillet à l’inauguration d’un Centre de Presse à Gbadolite, dénommé Maison de Presse de la Société Civile du Nord Ubangui.

Cette Maison indique le Bureau du Porte Parole de la Mission onusienne est destinée aux professionnels des médias du District du Nord Ubangui et comporte deux ordinateurs de bureau, deux photocopieuses de très grande capacité et en couleur, deux caméras vidéo, dux appareils photo de reportage, dix huit dictaphones, des onduleurs et stabilisateurs, des chaises, armoires et tables de bureau, ainsi que des consommables (encre, papier duplicateur, cassettes audio et vidéo, etc. ) qui ont été offerts par la Monusco. Le tout, pour une valeur de 9.120 dollars américains.

Les quelques réactions de médias congolais ont salué ces eforts de la Monusco de venir au chevet de notre médias. On a estimé aussi que de tels efforts peuvent aussi êttre ^poursuivi à travers le pays par d’autres organismes s’ils veulent faire de médias congolais réellement indépendant.

On a aussi salué les efforts particuliers des responsables des médias de la MONUSCO de l’Equateur, tout en citant aussi le nom de M. Jean Tobbie Okala dont le soutien aux médias n’est pas à démontrer, contrairement à d’autresz individualités qi ne semblent pas être tolérant aux médias congolais.

 

21:20 Publié dans Rédaction | Lien permanent | Commentaires (0)

Monusco: le porte parole confondu

Le Porte Parole de la Monusco exprime son indignation et émet un point

 

Madnodj Mounubai, Porte Parole et chargé des relations avec les Médias a exprimé son indignation ce mercredi 14 juillet 2010, lors de Point de Presse hébdomadaire de la Mission onusienne à Kinshasa suite à une dénonciation faite par l’honorable Ernest Kyaviro, député national qui a déclaré sur les antennes de la station de la Radio, dont il s’était refusé de citer le nom, mais qui est une station bien connue du pays, ayant ne large audience dans l’est et une grande partie du pays.

Selon ses dirres : « Le Porte Parole de la Monusco parlant de la situation de Sange, s’est permis de dire que le gouvernement ferait mieux de renforcer  l’administration au lieu de construire les routes »

Cependant, le Porte Parole de la MONUSCO qui, ignorant totalement la loi organisant la Presse congolaise, s’est mis aussitôt après avoir reconnu un confrère qui a essayé d’établir la vérité sur cette accusation de « façon profesionnelle tenté de retablir la vérité contrairement à la majorité d’entre vous ici dans cettre salle, portant aussi présents la semaine dernière, qui a préféré le confort du silence ».

La loi organisant la presse ne permet pas à un tiers médias de faire un droit de réponse qu’un auttre organe a publié. Il ressort que l’incriminé puisse utiliser le même organe et non un autre média, c’est ce qui fait parfois l’indifférence avéré qu’il souligne dans sa mise au point de mercredi 12 juillet pour rétablir la vérité. En s’attaquant de cette manière aux médias congolais le Porte Parole de la Mission onussienne semble n’est pas voulir faire son travail en vrai diplomate et en vrai professionnel. Il lui sera agréable d’éviter de faire effriter les journalistes congolais contre la loi de leur pays.

 

21:13 Publié dans Rédaction | Lien permanent | Commentaires (0)