Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

16/06/2011

RDC, Rutshuru sous pillage hier soir

Rutshuru sous le feu hier soir

 

Il  était 21 heures quand subitement nous avons entendus de coups de balles crépitées en l’air. C était a en croire les sources proches des FARDC, une manière que les FDLR veulent saboter tous les efforts de la Paix mois en place pour garantir la sécurité des personnes depuis un certain temps. Ce que confirment aussi bon nombre de personnes que nous avons contacte surplace à Rutshuru.

Rutshuru centre était le centre des pillages et des exactions des hommes armes ce mercredi soir, ou selon des sources concordantes il y aurait eu des blesses graves. Toutefois, le Colonel du secteur avec qui nous étions ensemble, il a semble confirmer cette hypothèse des FDLR qui voulaient saper les efforts de la stabilisation et qu il promettra de faire une réplique sévère.

Dans l entre temps les habitants de Rutshuru se croient être abandonnes par l autorité ou les autorités congolaises. Nous avons fait un tour pour recueillir des témoignages de certaines personnes qui ont été témoins de l’événement, ils nous ont confirme que ces gens n’etaient que des pilleurs qui étaient a la recherche des moyens de piller et ils se sont attaques aux bistrots encore ouverts et des boutiques pour récupérer soit de la boisson ou des vivres et malheurs a ceux la qui se seraient intercalés sur leurs voies.

Les gens se sont demandes comment explique que durant 30 minutes ces gens ont opérés sans s’être inquiétés et sont rentres sans qu’aucune force d interpositions ne les ait inquiétées.

Depuis Rutshuru Sébastien Tshibangu

12:17 Publié dans Rédaction | Lien permanent | Commentaires (0)

15/06/2011

Journée de l’enfant africain

Communiqué de presse


RDC : Plusieurs dizaines de milliers d’enfants voient leur vie détruite dans les rues

A l`occasion de la Journée de l`Enfant Africain, l`UNICEF tire la sonnette d’alarme sur l`impact de la violation des droits des enfants en rupture familiale et la nécessité de mettre en place un environnement protecteur


Kinshasa, 16 juin. C’est autour du thème : «Tous ensemble pour des actions urgentes en faveur des enfants de la rue», proposé par le Comité africain des experts sur les droits et le bien-être de l’enfant que l’on célèbre cette année la Journée de l’Enfant Africain, le 16 juin 2011. Des activités sont organisées dans plusieurs provinces du pays. Ainsi à Kinshasa, l’Ambassadeur national bénévole du Fonds des Nations Unies pour l’Enfance (UNICEF), Trésor Lualua, participe à des activités en faveur des enfants de la rue, dont une réunification familiale dans la commune de N’djili. A Lubumbashi, une soirée de gala regroupera des personnalités de la province, parmi lesquelles figurent le Gouverneur Moise Katumbi Chapwe et des opérateurs économiques. Les fonds récoltés à cette occasion serviront à financer des projets en faveur des enfants vulnérables dans la province. A Goma, des enfants ont présenté les journaux télévisés dans 7 chaînes de radiotélévision et animé des émissions sur la situation de leurs pairs vivant dans les rues de leur ville.

Cette célébration offre une opportunité d’interpeller les décideurs, la société civile et les communautés sur la violation des droits des enfants qui vivent dans la rue ; l’urgence d’améliorer la situation des enfants vulnérables en République Démocratique du Congo et de tout mettre en œuvre pour leur offrir un environnement protecteur au sein de leurs familles.

L’enquête menée par le Réseau des Jeunes et Enfants de la Rue (REJEER) en 2006 sur les enfants de la rue à Kinshasa, relevait qu’environ 13,000 filles et garçons avaient élu domicile dans les rues de la capitale congolaise et vivaient d’expédients pour leur survie. Du fait de la paupérisation des familles, il est à craindre que ce chiffre ait augmenté depuis.

Il y a quelques années, beaucoup de personnes pensaient que le phénomène des enfants de la rue serait marginal et disparaîtrait rapidement grâce aux valeurs traditionnelles de la famille africaine. Malheureusement, dans tous les chefs-lieux des provinces de la RDC, on constate aujourd’hui le contraire. De nombreux enfants vivent effectivement dans la rue en milieu urbain, les conflits et la crise économique ambiante ne font qu’exacerber cette situation. L’UNICEF et ses partenaires estiment à près de 30,000 le nombre d’enfants en rupture familiale en RDC.

Tout en reconnaissant les efforts ayant abouti à la promulgation de la loi portant protection de l’Enfant, tous les opérateurs sociaux recommandent que des mesures soient prises à trois niveaux : 1) la sensibilisation des communautés concernant leur devoir de protection, 2) la réponse efficace aux enfants affectés et 3) l’accès gratuit aux services sociaux de base pour les familles démunies. « Nous avons une responsabilité partagée de protéger les enfants les plus vulnérables et de leur offrir le meilleur avenir possible, » a notamment souligné Pierre Vu Thi, Représentante de l’UNICEF en RDC.

L’UNICEF, de par son mandat, réitère son engagement aux côtés du Gouvernement, pour l’accompagner dans la lutte contre le phénomène des enfants en situation de rue, en préconisant l’allocation de ressources conséquentes pour la mise en œuvre de programmes de prévention, de prise en charge et de réinsertion des enfants vulnérables en famille et au sein de leurs communautés.

A propos de l’UNICEF
L'UNICEF est présent dans plus de 150 pays pour aider les enfants à survivre et à s'épanouir, de la petite enfance à l'adolescence. Premier fournisseur mondial de vaccins aux pays en développement, l'UNICEF soutient la santé des enfants et de la nutrition, l'eau et l'assainissement, la qualité de l'éducation de base pour tous les garçons et les filles, et la protection des enfants contre la violence, l'exploitation et le SIDA. L'UNICEF est entièrement financé par des contributions volontaires de particuliers, d'entreprises, de fondations et de gouvernements.

11:28 Publié dans Rédaction | Lien permanent | Commentaires (0)

14/06/2011

OLPA troublé par l’audition d’un journaliste au Parlement à Kinshasa

OLPA troublé par l’audition d’un journaliste

au Parlement à Kinshasa

Kinshasa, le 11 juin 2011. L’Observatoire de la Liberté de la Presse en Afrique (OLPA), réseau africain d’experts juristes et journalistes volontaires pour la défense et la promotion de la liberté de la presse, est troublé par l’audition de Mike Mukebayi Nkoso, directeur de publication de Congo News, un bi-hebdomadaire paraissant à Kinshasa, capitale de la République démocratique du Congo (RDC).

Mike Mukebayi a été convoqué puis entendu, le 11 juin 2011, par une Commission d’enquête parlementaire constituée le 10 juin 2011 pour enquêter sur la fuite d’informations relatives à la publication d’une liste des parlementaires de l’Assemblée nationale qui ne participent plus aux séances plénières du Parlement. Cette audition intervient après la publication par le bi-hebdomadaire Congo News, dans son édition n°388 du 10 juin 2011, d’un article intitulé : « Boshab Voici la liste qu’il cache aux députés ».  Dans cet article, le journal a publié une liste des députés dits « absentéistes » et le relevé des présences.

M. Emery Okundji, président de la Commission d’enquête parlementaire et d’autres membres de l’Assemblée ont tenté de faire pression sur le journaliste pour qu’il  révèle la source ayant fourni la liste des députés, en lui faisant croire qu’il aurait commis une infraction. Le journaliste Mike Mukebayi a, en revanche, refusé catégoriquement de révéler sa source.

Eu égard à ce qui précède, OLPA est stupéfait que les membres du pouvoir législatif  tentent de pousser un journaliste à révéler ses sources en violation de l’article 11 de la loi N°96/002 du 22 juin 1996 fixant modalités de l’exercice de la liberté de la presse en RDC. Cette démarche constitue une atteinte grave à la liberté de la presse garantie par la loi congolaise et les instruments juridiques internationaux relatifs aux droits humains.

En conséquence, OLPA invite les membres de l’Assemblée nationale à cesser tout acte qui n’est pas de nature à favoriser l’exercice de la liberté de la presse en République démocratique du Congo.

***********************************************************************

Observatoire de la Liberté de la Presse en Afrique (OLPA

21:05 Publié dans Rédaction | Lien permanent | Commentaires (0)