Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

28/03/2010

RDC: Nord Kivu Recensement des fonctionnaires

Recensement biométriques des agents de la Fonction publique

 

Le ministre de la Fonction publique du Gouvernement central, M.  Dieudonné Upira Sunguma est arrivé ce dimanche 28 mars 2010, dans la ville de Goma pour s’enquérir de l’avancement des travaux de Recensement biométriques des agents de l’Etat, comme il faut l’attendre de la Fonction Publique, qui ont débuté depuis le 09 mars dernier dans la province du Nord Kivu.

Comme l’a souligné Mme Adèle Bazizane Maheshe, Ministre provincial de l’Education, du Travail et de la Pévoyance socilae, fonction publique au Nord Kivu, «  l’opération a débutée depuis le 09 mars dernier, durera 45 jours. Il ya trois équipes de 48 personnes, réparties de la manière ci-après : première équipe comprenant 16 personnes est envoyée à Beni, la deuxième elle est à Rutshuru et la troisième reste établie à Goma. Toutes ces équipes se commposent de 16 hommes chacune.

L’opération en soit consiste à aider à la maitrise de l’effectif de tous les agents de l’Etat dans la province du Nord Kivu. L’équipe de Rutshuru, selon Mme Adèle Bazizane a terminé son travail dans le Rutshuru et s’attelerait déjà à Walikale, où elle se trouve présentement, en attendant avant de rejoindre le Masisi.

Celle de Goma, par contre continue son travail. Mais celle qui est basée à Beni, sur un dernier rapport, elle quitte Beni, sauf imprévu ce lundi 29 mars pour Butembo. En clair, les trois équipes ont donc la charge de couvrir toute la province et territoires de la Province du Nord Kivu. Ceci dit, l’équipe de Rutshuru a la charge de Masisi, Walikale et Rutshuru, la deuxième celle de Beni, s’occuperait de Beni, de Butembo, d’ Oicha et de Lubero.

Tous les fonctionnaires de l’Etat sont donc visés, à l’exception de ceux de l’Enseignement, Primaire, Secondaire et Professionnel. Mais les professeurs de l’Enseignement Supérieur et Universitaire sont concernés par ce recensement.

Par contre, nous avons voulu savoir si réellement le temps imparti de 45 jours était suffisant et s’il n’y a aucun recours connu jus qu’à présent. Mme la Ministre nous a rassuré que tout est en ordre, car dans la ville de Goma, on a déjà terminé avec tous les agents ayant un numéro matricule, reste à entamer maintenant les nouvelles unités.

Propos recueillis par Le Scribe depuis Goma

 

15:21 Publié dans Rédaction | Lien permanent | Commentaires (1)

27/03/2010

La Monuc a t-elle démeritée

 

 La Monuc a-t-elle démeritée ?

On en parle de plus en plus et, on précipite même le départ de la mission de l’Organisation des Nations Unies en République Démocratique du Congo. Les carottes semblent être cuites pour cette mission qui a su perdurée sur le sol congolais, alors que pour trouver les olutions dans ceertraines situations internes et sécuritaires, il fallait au gouvernement de la République de s’appuyer sur la diplomatie avec soit ses voisins ou d’autres nations autres que celles qui sont représentées par la Mission onusienne  en République Démocratique du Congo.

Cependant sur le terrain le peuple congolais qui du moins croit que la Monuc était leur bienfaiteur reste en proie à des violences de plus en plus notoires, et cela sous la barbe de cette mission qui est devenue l’objet de carrière pour certains caciques de la mission qui confondent même le  Congo à  une nation conquise. Il ya de plus en plus d’autres individus qui ont tellement indisposés le peuple congolais, contrairement à l’ONUC des années ’60, où la plupart de contingent a été réellement regretté apès leur départ. Mais pour la plupart de ceux qui vont quitter la RDC, personne ne les regrettera. S’il faut le croire, on a qu’à faire des sondages.

La mission a été pris au piège de certains traitres, s’il faut ainsi le dire mais, pour les congolais ces gens là qu’on suppose être traitres,ne sont autres que des espions au service double et étrange, et qui n’est pas de la mission des Nations Unies.

‘’ On reconnaît, aujourd’hui que bon nombre des expatriés, mais surtout des africains de la mission, surtout ceux de l’Est de l’Afrique ont travaillé pour le fin que le Chef de l’Etat Congolais, Joseph Kabila Kabange avait dénoncé lors de son discours de vœux de nouvel an à la population congolaise.

Certains sont allés même jus qu’à jurer sur la tête de Lambert Mende, le taxant comme étant un imposteur qui ne fait que pérorer et le jour viendra on aura encore besoin de la Monuc en RDC. Faut-il dire que l’on n’a plus besoin de la Monuc, mais on n’ aplus besoin de tels individus’’, souligne certains observateurs.

Ils ont fait confondre  la Mission avec eux-mêmes. Or, des tels gens sans scrupule et on ne sait  même pas si le poste qu’ils ont occupé à la Monuc les congolais étaient incapables de l’occuper. Comme on n’aime jamais des congolais, on a importé des kenyans ou qui pour faire partie des contingents, tandis qu’ils ne sont pas plus importants que tous les congolais qu’ils croient servir, tandis que jus que là, ils ne se sont servis qu’eux-mêmes.

Les différents contingents que l’on a vus sur le sol congolais n’ont pas démerités, mais les pauvres ont subi les affres des bureaucrates qui ont jeté la poudre dans le vrai charte de la Monuc, en nous faisant croire qu’ils travaillaient pour la RDC, bien au délà. Ils ont travaillé pour des causes injustes, obscures et contre le peuple congolais.

Peut-on croire que le Chef de l’Etat congolais a eu tort de dénoncer cette mission. Franchement les congolais ont encore besoin de la Mission, mais le regret est le fait que certains membres du staff de la Monuc ne méritent pas de la RDC. S’il faut revoir les nouvelles possiblités de renouvellement ou de la reconfiguration, il faut que le pays qui s’engage à servir la RDC s’amène aussi des ses bureaucrates, sinon on engage aussi les congolais et on diminue le ombre des expatriés, car cela sera supposé aider la RDC, en apportant un soutien sur le chantier de la République dont l’« emploi ». Ils ont travaillé s’en foutant même le Gouvernement de la RDC qui les avait invité, dommage.

Aujourd’hui, les congolais à l’unisson croient qu’ils sont victimes d’eux-mêmes sinon de la communauté internationale. Aider la RDCongo ; c’est vraiment aider son peuple à se mettre debout. La mission onussienne à engouffrer les congolais dans la pauvreté que nulle autre nation ne pourrait en tolérer. Imaginer les salaires des agents de la Mission dans des pays limitrophes et ceux des congolais, alors vous allez comprendre pourquoi les congolais ne chancellent pas au départ de la mission.

Kambala Jaël

 

15:46 Publié dans Rédaction | Lien permanent | Commentaires (1)

26/03/2010

Kaddafi suscite la colère d'Abuja

Kaddafi suscite la colère d'Abuja
 
 
Mouammar Kaddafi propose de diviser en deux parties le Nigeria. Mouammar Kaddafi propose de diviser en deux parties le Nigeria. © AFP

Pour solutionner le problème des affrontements intercommunautaires qui agitent le Nigeria depuis plusieurs semaines, Mouammar Kaddafi a suggéré de diviser le pays en deux. Le gouvernement a vivement dénoncé la "folie" de la proposition du Guide libyen.

Le Nigeria a jugé jeudi 18 mars "irresponsables" les propos du dirigeant libyen Mouammar Kaddafi sur une division du pays après les récents massacres interreligieux dans le centre et a rappelé son ambassadeur à Tripoli en consultation. "Les propos sensibles et souvent irresponsables du colonel Kaddafi, ses attitudes théâtrales et sa grandiloquence chaque fois qu'il en a l'occasion sont trop nombreuses pour être énumérées", a estimé le ministère nigérian des Affaires étrangères dans un communiqué à Abuja. Le président du Sénat nigérian David Mark a qualifié de "fou" Mouammar Kaddafi, selon les journaux locaux jeudi. "Avec tout le respect que je vous dois, pourquoi voulez-vous donner à un fou une telle publicité ?" a demandé M. Mark à un sénateur qui l'interrogeait sur le sujet lors d'une séance parlementaire. "Un fou qui a dit la même chose au sujet de l'Angleterre (...) et qui a dit la même chose au sujet de tout autre pays, et vous voulez lui donner une célébrité ?", a-t-il demandé, en estimant que le leader libyen "ne mérite aucune attention".

Mouammar Kaddafi, qui assurait jusqu'à janvier la présidence tournante de l'Union africaine (UA), a proposé de copier pour le Nigeria le modèle de la partition entre le Pakistan et l'Inde en 1947. "La situation douloureuse que vit le Nigeria actuellement ressemble beaucoup à la situation du sous-continent indien avant 1947, lors des massacres entre hindous et musulmans auxquels a mis fin Mohamed Ali Jinnah, qui a fondé un Etat pour les musulmans qu'il a appelé le Pakistan", a dit le chef d'Etat libyen, lors d'une rencontre avec des étudiants africains lundi.

Jos, ligne de démarcation

Le Nigeria, pays le plus peuplé d'Afrique avec environ 150 millions d'habitants, connaît des violences communautaires meurtrières dans l'Etat du Plateau (centre) qui ont fait plusieurs centaines de morts chez les musulmans et chrétiens depuis le début de l'année. Le pays est divisé pratiquement au centre entre le nord musulman et le sud chrétien et animiste. L'Etat du Plateau avec sa capitale Jos constitue la ligne de démarcation entre le nord et le sud. Le vice-président Goodluck Jonathan, un chrétien du sud, est devenu chef de l'Etat intérimaire le 9 février, en remplacement du président élu Umaru Yar'Adua, un musulman du nord, gravement malade depuis plusieurs mois. Mercredi 17 mars, il a dissous le gouvernement et s'apprête à un former un nouveau.

 Jeune Afrique

 

19:09 Publié dans Rédaction | Lien permanent | Commentaires (0)