Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Envoyer ce Blog à un ami | Avertir le modérateur

05/04/2010

RDC:Les Fardc ont repris la ville de Mbandaka

Les FARDC ont repris le contrôle de l’aéroport de Mbandaka

Des éléments des Forces armées de la République démocratique du Congo (FARDC) ont repris dimanche dans la soirée l’aéroport de la ville de Mbandaka avec l’appui de la Monuc, après d’intenses combats avec les insurgés Enyele. Ces derniers ont assiégé l’aéroport ce dimanche matin. Malgré cette reprise, la situation sécuritaire reste toujours préoccupante.
La situation sécuritaire est toujours préoccupante à travers la ville de Mbandaka malgré la reprise de l’aéroport par les éléments des FARDC avec l’appui de la Monuc.
Les insurgés Enyele ont assiègé l’aéroport après avoir récupéré armes et munitions abandonnées par quelques éléments des FARDC.
Les insurgés se sont retranchés momentanément dans la forêt de Djombo, localité périphérique de la ville de Mbandaka. Difficile pour l’instant de donner le bilan de ces affrontements à l’arme lourde qui ont eu lieu à l’aéroport entre les FARDC, appuyés par les Casques bleus de la Monuc, et les insurgés Enyele.
Toutes les dispositions sécuritaires sont prises pour le moment par les éléments des FARDC et de la Mission onusienne pour sécuriser l’aéroport.
Les coups de feu se sont fait entendre jusque tard la nuit de dimanche. Selon certaines sources policières qui ont requis l’anonymat, quelques corps tant des insurgés Enyele, que des éléments de la police et des FARDC jonchent les rues de Mbandaka.
Un casque bleu tué
La mission onusienne reconnaît l’attaque de Mbandaka par les insurgés Enyele. Le porte-parole de la Monuc dit ne pas avoir un bilan exhaustif. Cependant, Mandjobe Mounoubai confirme la mort d’un casque bleu :
Il s’agit d’un homme, d’un soldat ghanéen qui était dans un véhicule de transport qui allait en renfort vers l’aéroport. Le véhicule a essuyé des tirs et un soldat qui se trouvait au-dessus de ce véhicule blindé a pris une balle et est décédé. Nous avons des éléments à l’aéroport de Mbandaka. Mais ces éléments sont commis à la garde du matériel des Nations unies qui se trouve à l’aéroport. La sécurité de l’aéroport est entre les mains des FARDC.
Copyright Radio Okapi

04/04/2010

RDC: Mbandaka entre les mains des insurgés Enyele

Mbandaka: la fête pascale sous le coup des tirs nourris, l’aéroport sous le contrôle des Enyele

 

Des éléments armés identifiés comme des insurgés Enyele sont entrés ce dimanche à Mbandaka, dans la province de l’Equateur, et sont en train de tirer des coups de feu nourris, provoquant ainsi une panique générale dans la ville. Aux dernières nouvelles, ils auraient pris possession de l’aéroport de la ville que les FARDC ont déserté. La situation est donc confuse ce dimanche de pâques au chef-lieu de l’Equateur.

Certaines sources affirment que les assaillants ont débarqué le matin au port Banika en tirant des coups de feu nourris.

Ils seraient une centaine, d’après ces sources, et seraient armés de flèches et  d’armes de guerre. Ils portent autour des bras des raphias.
Aussitôt débarqués, ils ont commencé à tirer des coups de feu et se sont dirigés vers la résidence du gouverneur de province.

D’autres se sont dirigés vers l’aéroport où crépitaient des armes lourdes avant que ne tombe la nouvelle de sa prise par les insurgés.

Interrogé à partir de Kinshasa où il séjourne depuis une semaine environ, le gouverneur Baende  a confirmé qu’il s’agit bel et bien des insurgés Enyele.

De son côté, la Monuc a déployé les casques bleus qui font la ronde de la ville pour s’enquérir de la situation.

03/04/2010

La ville de Goma se réhabilite

Les cinq chantiers en marche

Roger Rachidy parmi les acteurs en soutenance de l’action de la République

 

Si vous arrivez pour la première ou sqi vous y aviez déjà été, vous serez étonnés de voir la mutation d’une ville qui tend à s’urbaniser au niveau de grand ville du monde. Cette mutaton est facilitée par le programme de la République, tel qu’énoncé par le Chef de l’Etat, Joseph Kabila, dont certains acteurs comme Roger Rachdy, ,huitième maire de lka ville de Goma depuis 2008.

Le successeur de Kanga Guzangamana depuis la création nde la ville de Goma en 1988 ne croyait pas qu’un jour il serait l’un des artistes principal de la modernisation de cette ville qui a pris l’allure de belles constructions. Au fait, quand on visite cette ville, on, remarque combien la popuilation est entrain de s’y mettre pour faire de Goma, la ville la mieux lotie de la RDC et la plus vetue du moment. Il faut remarquer les hôtels, les bâtisses qui y fleurissent, et cet élan pris depuis la dernière éruption volcanique de Nyagongo en 2002 semble avoir donné le goût à la reconstruction d’une ville avecd autant de splendeur et de beauté.

Cependant, cette reconsruction l’a été sans respect des normes urbanistiques. Or, la même population clamait tout haut que ‘’nous avons fait notre part, reste à l’Etat de faire la sienne’’. De ce fait, o voulait dire que l’Etat puisse créer des routes et organiser l’urbanisation de cette ville. Plusieurs projets ont été envisagés et, on avait vu le Gouvereneur de la Province prendre des initiatives, dont certaines langues le firent décourager pour donner à la vile de Goma des nouvelles routes, car il y a quelques années Goma n’avait plus des routes du moins nmac         dmisées où des véhicules de grands utiloitaires pouvaient passer. Et, dès lors avec des motos, on npouvait se rendre malade en une journée de déplacement. Mais voila que le Chef de l’Etat repris cette initiative et  organisa la fête de l’accession de notre pays à l‘indépendance à Goma, tout cela dans le but de redoner le coup de pouce et d’encourager cette initiative de la population congolaise dans cettre partie est de la République

Ainsi, quelquzes temps ont suffit pour voir la ville de Goma être éclairée publiquement, plus de 600 reverbères seront plantées dans la ville par la société Sonades, donnant un décor flatteur pour cette ville touristique qui est entrain vraiment de la devenir.

L’historique de la ville de Goma

 

La ville de Goma, chef lieu de la province du Nord Kivu est située géographiquement à l’Est de la République Démocratique du Congo, c’est-à –dire de sa capitale Kinshasa, siège administrative des institutions de la RDC.

Il s’étend sur un large champ des laves incliné du nord au sud vers le lac ivu au pied du volcan Nyagongo dont l’altitude est de 3070 m. Le Nyagongo est très actif et très dangereux pour la population de Goma et celle de Gisenyi, au Rwanda. Distant de plus ou moins de 18 km  et derrière Nyagongo, un autre vlcan très actif et lus régulier que Nyagongo se distant de ce dernier de 13km, c’est Nyamlagira qui s’irrite chaque année, mais se jette au Parc Virunga.

La ville de Goma se localise donc au bord nord du lac Kivu à une altitude de 1640 m, à 29°4’ de longitude Est et 1’45 de latitude sud.

Sa superficie est de 66,2 km avec une populetion estimée à 800 000 en 2009. Elle est limitée au Nord par la Chefferie de Bakumu, territoire de Nyiagongo, à l’Est par la République de Rwanda, à l‘ouest par le territoire rural de Masisi et au sud pr le lac Kivu.

La ville de Goma a un climat tempéré avec des vents non violents provenant des montagnes volcaniques de la chaine des Virunga et du lac Kivu.

La température est constante et varie entre 18°6c et 19°6c. Aucune rivière ne traverse la ville de Goma, comme c’est le cas dans les autres parties de la RDC, cependant belle est longée par le lac Kivu qui l’alimente en fraîcheur et en eau potable.

La ville de Goma tire son nom de ‘’ Ngoma’’ avant l’arrivée des colons blancs, ce qui signifie ‘’tambour ou tam- tam’’ du Mwami ou grondements de volcan.

L ‘éruption volcanique nprimitive avait poussé certains habitants de Ngoma de se réfugier sur Sake (Kamuronza) et le village de Monigi (Byahi Muja-Rusayo).

L’explorateur Adolphe von Götzen qui avait atteint le pied de volcan le 16 juin 1894 et qui s’était fait accompagner d’uin géologue et de deux médecins (von Pritwitz et Herman Korsting et plus de 600 indigènes rammassés sur leur parcours suivait le passage du Docteur Baumann qui se dirigeait au Rwanda).

Pendant 3mois,, rapporte t-on, il installa sa ntente au bord du Lac Kivu (à Ngoma) et avec une pirogue, fit les tours sur le lac pour découvrir l’Ile Idjwi et les alentours de Kalehe, Bugoyi…

 undefined

L’avénèment de Roger Rachidy en qualité de Maire de la ville de Goma

 

Très actif sur le terrain et infatigable. Roger Rachidy qui a passé unepartie de sa vie de Kinshasa, parle couramment la langue des yankees de Kinshasa (le vrai hindou bill) est arrivé à la tête de cette ville de Goma en 2008 et ne savait pas qu’il allait être ratrappé par le projet de la modernisation de la ville.

Cependant la modernisation de la RDC, projet connu sous le nom des Cinq Chantiers le retrouve dans son chemin, ,alors ilfalait vite pour faire respecter la ,popualtion de sa vile de liites cadastrales, car les gens ont construit n’importe coment sans normes et d’autres ont érigés leurs maisons sur les artères principales, tandis qu’ils demandaient à l’Etat de faire son travail de modernisation, car les routes et les avenues, c’est l’apanage du Gouvernement de la République. En considérant la densité et de la superficie, la population aurait tout ocupée, s’accaparant même des espaces de l’Etat. Et, où l’Etat pouvait créer ou rallonger des routes encore ?

 Il faut voir comment et même le nombre des véhicules que continuent de contenir la ville de Goma. Assurément, il n’y avait plus de chance pour relancer d’autres travaux de construction ni poiur que l’Etat soit capable de relancer de nouveaux travaux. En cela ces belles constructions et ses belles maisons que contient cette ville perdaient leur valeur, car sans de belles routes, la beauté même de maisons était diluée.

En vrai yankée ou cowboy, Roger Rachidy a mis les instructions des instances upérieures de la nation et prenant son chapeau en véritable gentleman et s’appuyant sur le soutien de cette même population qui s’est épris de beau pour parer au plus pressé, c’est-à- dire à la modernisation de Goma, une ville qui attire les touristes déjà.

 Cependant, d’autres sont en train de le maudire et d’autres applaudissent l’action qui sauve leur ville de décombres ert des catastrophes. Chaque rue, ruelle, avenue et artères sont visités quotidiennement par ce maire paré en chapeau à la ‘’Zorro’’  et, armé des jeunes gens, engagés par la Mairie de Goma pour couper court aux critiques selon lesquels’’ l’Etat ne fait rien pour emboiter les pas aux initiatives privées’’. Cette épreuve a démontré que l’homme est plus qu’un bulldozzer. De mieux en mieux, cette population de Goma remarque que la ville est entrain de rejoindre d’autres villes du monde, il y a autant d’aération et d’espaces pouvant décanter les embouteillages que l’on remarque dans la ville pendant les heures de pointe.

Le seul point que nous puissions déplorer est que les travaux s’effectuent totalement en main et, le maire de la ville de Goma, Roger Rachidy est toujours là en personne pour surveiller les travaux de démolition.

Et à nous de demander aux instances supérieures qui l’ont mandaté d’aider la ville ou la Mairie de Goma avec des engins pour que cette opération puisse aller aussi vite. Heureusement, il n’y a vraiment pas des résistances de la part de la population qui, d’ailleurs sont entrain de reconsruire aux limites que la Mairie leur a accordé, conformément au plan cadastral.

Une fois de plus nous saluons le fait que l’autorité de l’Etat s’est fait sentir et ce n’est pas tout, les mêmes opérations sont observées à Beni et à Butembo. Nous y reviendrons.