Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Envoyer ce Blog à un ami | Avertir le modérateur

04/04/2013

Aubin Minaku crucifie la démocratie à Kinshasa

Honte :

Aubin Minaku crucifie la démocratie sous couvert de son conseiller en communication

 

Il s’agit de Crispin Tshibasu, l’actuel Conseiller en Communication de l’honorable Aubin Minaku, Président de l’Assemblée nationale, deuxième législature de la 3ème République, appelée « Régime démocratique ».

Monsieur Crispin Tshibasu,  soit disant « Journaliste » de Télé 50, un vrai crac qui ne sait jamais écrire, ni rédiger une dépêche,  ni préparer un quelconque communiqué de presse de sa propre main.

Crispin Tshibasu, ramassé par Aubin Minaku pour des raisons obscures que nous allons élucider dans la suite. Et Crispin Tshibasu n’a aucun sens des réalités démocratiques usurpe et s’arroge les droits d’interdire les journalistes l’accès dans la Salle des Congrès pour assister aux séances plénières publiques d’ailleurs. Et les journalistes ont le malheur d’y accéder tout simplement parce qu’ils sont journalistes. Il faut avoir de poisse. Le cas le plus flagrant est le fait d’avoir imprimé des macarons d’accès, rôle révolu au Secrétariat Général de l’Assemblée qui s’occupe de l’administration. Cependant, les amis, frères, concubines et proches de Crispin sont sélectionnées suivant de critères dont il garde lui-même le secret.

Aussi cela au vu et au su du Président  Aubin Minaku et, il va jus qu’à dire que ‘c’est le Président qui le lui a dit » (sic !) Ainsi Crispin Tshibasu est entrain non seulement d’être rôdé dans l’école de la dictature mais dans l’école de fossoyeur de la République. Cher Crispin l’honneur n’est pas dans sa crane rasée, ni sa veste et ses démarches de « ,’as-tu vu ».

La honte devrait revenir à cette haute institution dont vous n’aviez pas manqué de plébisciter « Temple de la Démocratie ». Grave mensonge. Quoi que cela soit, continuons.

Temple de la dictature

Depuis l’arrivée de Crispin Tshibasu au Palais du Peuple, la Presse est chosifiée. Pourquoi cela ? Parce que si Crispin Tshibasu avait sérieusement fait ses études journalistiques, il y a de quoi contester son diplôme, car n’étant pas à la hauteur de l’en défendre.

 

Cette honte, les congolais devraient se la partager avec Aubin Minaku qui cautionné une coterie. Coterie ? Si, car Crispin Tshibasu doit avoir la chance d’être fidèle, frère, cousin, ami ou proche de Jean Marie Kassamba, journaliste à, Télé 50, peintre-modéliste de la Révolution de la Modernité, un autre fossoyeur de la presse congolaise qui s’en sort  de ses démêlés avec les médias, après les avoir cautionné, lors de la tenue du XIVème Sommet de la Francophonie de 2012 à Kinshasa.

Crispin Tshibasu l’a su bien copier, observez même comment ils se trainent dans la foule ? En quelques mots, Aubin Minaku doit s’aviser et nous mettre hors d’état de nuire, Crispin Tshibasu, s’il veut redorer le blason terni de l’hémicycle, où l’apprentissage de la démocratie fait ressusciter la dictature. Aubin Minaku doit se choisir des vrais cracs de la presse qui pullulent en grande quantité auprès de lui, surtout dans sa famille politique. Et, non des gens recommandés. Abas « Crise des pains » : Qui-bas-sous.-

Droit d’accès à l’information

« Crise-des-pains » (Crispin) Tshibasu n’a aucun égard à ce qui est droit. Il ne voit que sa tête, sa poche et la face de son chef. « Mon frère, lis un peu l’histoire moderne » L’histoire nous renseigne que les enfants des pauvres sont appelés à devenir riches. Mais hélas !, les fils d’un pauvre n’a que deux possibilités devant lui, soit l’humilité ou l’arrogance. Mais, Crispin Tshibasu, c’est l’arrogance. Une arrogance  doublée d’escroquerie.

La dernière rencontre d’Aubin Minaku avec les chevaliers de la plume au Fleuve Congo Hôtel, où le pauvre expiatoire, Crispin Tshibasu a su encore rouler ses amis, soit ses confrères.

Aubin Minaku ne sachant pas que Crispin Tshibasu a des ramifications avec Etienne Tshisekedi, et qu’Albert Moleka ne cesse jamais à ses heures perdues s’intéresser à Crispin Tshibasu sur la vie de son Directeur de Cabinet et de son Direcaba (entendez Directeur du Cabinet adjoint). Crispin Tshibasu, membre de la Rose Croix. Il entend vanter partout qu’ils ont été initié par Aubin Minaku.

Au-delà de la violation de la Constitution de la République, Crispin Tshibasu qui ne connaît même pas lire cette constitution se confonde dans les ordres donnés dictatorialement par Aubin Minaku pour s’imposer en seul maître dans un navire ivre. Crispin Tshibasu est entrain de violer constamment la Constitution de la RDC, à côté d’Aubin Minaku, censé remettre en ordre les violeurs des lois que son institution  produit.

En effet, l’article 24 de la Constitution de la RDC stipule ceci : ‘’ Toute personne a droit à l’information. La liberté de presse, la liberté d’information et d’émission par la radio et la télévision, la presse écrite ou tout autre moyen de communication sont garanties sous réserve du respect de l’ordre public, des bonnes mœurs et des droits d’autrui’’

Mais quelles sont les garanties que Minaku et Tshibasu réservent à ses pairs ?  La loi fixe les modalités d’exercice de la liberté.  Les médias audiovisuels et écrits d’Etat sont des services publics dont l’accès est garanti de manière équitable à tous les courants publics et sociaux. Le statut des médias d’Etat est établi par la loi que garantissent l’objectivité, l’impartialité et le pluralisme d’opinions dans le traitement et la diffusion de l’information.

En réalité, Crispin Tshibasu sous la couverture d’Aubin Minaku n’est tout autre qu’un criminel qui a violé la Constitution de la RDC. Donc, il doit être mis  sous examen.

De l’autre, Aubin Minaku devrait être audité avec son entreprise de maintenance ‘’UNIVERSAL’’qui perçoit mensuellement  500.000 USD pour les travaux de l’intendance du Palais du Peuple. Et, pourtant ce service  revient de droit au Secrétaire Général qui organise m’intendance du Palais du Peuple ou du Parlement avec des agents engagés par l’Etat et salariés à la Fonction publique. Vraiment, en sa qualité du juriste qui d’ailleurs mène les débats  des plénières à sa guise, sans respect des honorables députés, Aubin Minaku est parti pour une aventure malheureuse. Pour preuve, la dernière plénière, l’honorable Jos » Makila pose une question fondamentale sur le Bureau d’études, et lui rétorque qu’ « il faut donner des moyens… » C’est significative ça. Il ya le lucre.

En tout cas, notre souhait est qu’il nous enlève la barrière dressée contre la presse libre à l’entrée de la Salle des Congrès et de faire partir Crispin Tshibasu auprès de lui pour incompétence notoire et membre de sa loge.

D’une part, il convient de noter que dans tous les parlements du monde, les journalistes sont accrédités pour les travaux de l’Assemblée par le Secrétaire Général par le truchement de son service de Presse et Protocole dont ici représenté par Monsieur Mukendi Lubilanji qui continue à jouer le rôle de seconde zone, car n’étant pas membre de la loge.

Kosilika te.

Tshibangu

Les commentaires sont fermés.