Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

28/02/2011

RDC: L'UNICEF communique





L’UNICEF appelle la communauté internationale à redoubler les investissements dans la jeunesse congolaise

KINSHASA, 25 février 2011, Aujourd’hui le bureau du Fonds des Nations Unies pour l’Enfance (UNICEF) en République Démocratique du Congo (RDC) lance le Rapport de l’UNICEF sur la Situation des Enfants dans le Monde en 2011.

Ce rapport global de l’UNICEF, qui se concentre cette année sur la situation des adolescents, met en relief le lien direct entre les investissements dans le potentiel et les connaissances des jeunes, ainsi que le progrès économique et social d’un pays. Investir dans l’adolescence peut interrompre le cycle de la pauvreté et de l’inégalité.

« Tout investissement au profit des générations futures constitue le meilleur garant de progrès et de stabilité d’un pays car une société qui ne peut prendre soin de ses jeunes ne peut en aucun cas considérer son développement comme durable. » a souligné Pierrette Vu Thi, Représentante de l’UNICEF en RDC.

L’Afrique de l’ouest et du centre est une des régions les plus jeunes du monde. Plus de 1 sur 5 habitants en Afrique sub-saharien sont en dessous de 18 ans. D'ici 2015, la région comptera 110 millions d'adolescents âgés de 10 à 19 ans, représentant environ un quart de la population totale de la région.

En RDC comme partout dans le monde, les jeunes sont confrontés à des difficultés. A l’instar de leurs pairs dans la sous-région les jeunes congolais font face à beaucoup d’incertitudes dans un contexte de pauvreté généralisée, de conflits fréquents, de rareté ou d’absence de services adéquats et d’opportunités d'emploi. La RDC présente les pirs indicateurs de mariage précoce et d’accès aux services sociaux de base. Seulement 15 pourcent des jeunes femmes entre 15 et 24 ans ont une connaissance approfondie de la transmission du VIH. Les pratiques et normes traditionnelles relatives à la parité des sexes, et le respect mutuel sont des facteurs qui entravent souvent les aspirations des adolescents pour améliorer leur vie.

Bien qu’un progrès significatif ait été obtenu au cours de la dernière décennie en termes de scolarisation primaire, ces avancées ne se poursuivent pas dans le secondaire. Selon la dernière Enquête à Indicateurs Multiples (MICS 2010) un enfant sur trois à l’âge d’éducation primaire est enrôlé dans l’école, contre deux enfants sur cinq dans le secondaire. L’absence de parité entre les sexes est illustrée par un contexte de forte baisse du pourcentage de jeunes inscrits dans l'enseignement secondaire, niveau d’éducation qui est en train de devenir une condition préalable pour l’intégration à un marché du travail de plus en plus mondialisé.
« Si l'on considère que plus que la moitié de la population de la RDC est aujourd’hui âgée entre 10 et 19 ans leur développement doit devenir une priorité pour assurer le futur du pays. » dit Vu Thi.

Le Rapport de l’UNICEF sur la Situation des Enfants dans le Monde en 2011 appelle la communauté internationale à redoubler les efforts et investissements dans les adultes de demain à un rythme nettement supérieur à ce qui été réalisé jusqu’à maintenant. Pour cela, il est indispensable d’agir rapidement dans l’élimination de la pauvreté et la faim (OMD 1), le VIH et le SIDA, le paludisme et d’autres maladies (OMD 6), les systèmes d’approvisionnement en eau et d’assainissement (OMD 7) et l’accès aux médicaments essentiels et abordables (OMD 8).

À propos de l’UNICEF
L’UNICEF est à pied d’œuvre dans plus de 150 pays et territoires du monde entier pour aider les enfants à survivre et à s’épanouir, de leur plus jeune âge jusqu’à la fin de l’adolescence. Premier fournisseur mondial de vaccins aux pays en développement, l’UNICEF soutient la santé et la nutrition des enfants, l’accès à de l’eau potable et à des moyens d’assainissement, une éducation de base de qualité pour tous les garçons et toutes les filles et la protection des enfants contre la violence, l’exploitation sous toutes ses formes et le SIDA. L’UNICEF est entièrement financé par des contributions volontaires de particuliers, d’entreprises, de fondations et de gouvernements.

Pour toute information supplémentaire, merci de contacter :
Cornelia Walther, Plaidoyer UNICEF RDC, Tel: +243 81 88 46 7 46, cwalther@unicef.org

Les commentaires sont fermés.