Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Envoyer ce Blog à un ami | Avertir le modérateur

08/04/2010

Assassinat d'un journaliste au Nord Kivu

Assassinat d’un cameraman au Nord-Kivu : Jed, Rsf et L’Omec en colère, l’autorité congolaise une fois de plus interpellée !

C'est devenu une habitude en République Démocratique du Congo, surtout dans cette partie est de la République d'assister à l'assassinat des hommes de médias. Après le Sud Kivu, les tueurs se sont déplacés dans le Nord et cette fois-ci dans le Grand Nord.

Patient Chebeya a été tué devant sa femme qui suivait les discussions entre son défunt de mari avec les assaillants qui ne voulaient ni l'argent, mais était déterminé d'en finir avec notre confrère.

Patient Chebeya, cameraman à la Radio Télévision Nationale Congolaise (Rtnc) a été tué lundi dernier dans la ville de Beni par des hommes en tenue militaire en recevant plusieurs balles devant son épouse alors qu’il rentrait du travail; indignés par cette triste nouvelle, l’Observatoire des médias congolais (l’Omec), Reporters sans frontières et Journaliste en danger interpellent une fois de plus l’autorité publique.

L’Observatoire des Médias Congo­lais (OMEC) est profondément bouleversé par la nouvelle de l’assassinat de Patient Chebeya Bankome alias Montigomo, Camera­man au service de la Radio Télévision Nationale Con­golaise (RTNC), en poste dans la ville de Beni, au Nord-Kivu.

Selon les informations parvenues à l’OMEC, le re­gretté confrère a été attaqué par des hommes armés dans la nuit du lundi 05 avril 2010 vers 22 heures, devant son domicile et en présence de son épouse. Après lui avoir arraché son téléphone porta­ble et l’argent qu’il avait dans ses poches, ils l’ont tué de plusieurs balles.

Le scénario de ce crime semble répondre à un plan préétabli d’élimination physique de Patient Che­beya Bankome. Il rappelle les crimes impunis commis à l’endroit d’autres journalistes congolais, notamment Franck Ngyke de la Référence Plus (2005), Serge Maheshe de Radio Okapi (2007), Bapuwa Mwamba (Free Lance 2006), Didace Nyamujimbo de Ra­dio Okapi (2008), etc.

L’instance d’autoré­gulation des médias congolais saisit cette douloureuse occasion pour interroger les pouvoirs publics sur leurs promesses maintes fois renou­velées de sécurisation des journalistes. Il les interroge sur la suite donnée aux diffé­rentes enquêtes et il leur rap­pelle que sans les hommes et les femmes des médias, le pays seraient en proie aux ru­meurs les plus fantaisistes. Il exige enfin que des enquê­tes dignes de ce nom soit menées cette fois et que des sanctions à la mesure de la forfaiture soient prises pour décourager les membres de l’industrie du crime.

Face à cette nouvelle épreuve et à la énième tentative de négation de la liberté de la presse, l’OMEC exhorte les hommes et les femmes des médias à tenir bon et à poursuivre, avec profession­nalisme, leur travail d’investigation en vue de mieux éclairer l’opinion nationale et de contribuer efficacement à la solidification du système dé­mocratique dans notre pays.


Le Phare/Le Scribe

 

Les commentaires sont fermés.